INTERVENTION AU CONGRES DES MAIRES 2013

Congrès des maires 2013

Promouvoir la culture numérique dans les collectivités : les propositions du groupe de travail TIC de l’AMF

A l’heure de la dématérialisation des relations entre l’Etat et les administrés, Pascale Luciani-Boyer, adjointe au maire de Saint-Maur des Fossés a présenté, le 20 novembre, les conclusions du groupe de travail TIC, qu’elle pilote au sein de l’Association des Maires de France.

Mutation numérique – « Quels sont les services de demain que nous allons proposer, en tant qu’élus ? », s’interrogeait le 20 novembre lors du congrès des maires, Pascale Luciani-Boyer, qui vient de publier son ouvrage « Elus : rejoignez les citoyens numériques » (1). Plus qu’un débat, cet atelier a pris la forme d’un « training » à l’usage des maires, en train d’achever leur mutation numérique.

Rendant hommage au passage à Erik Orsenna, qui assimile la mission de l’édile « au métier d’artisan d’art, tissant en permanence des liens entre tout ce qu’il y a sur son territoire », elle suggère aux élus « d’aller vers la ville connectée, car celle-ci recrée du lien social. » Le numérique est mobile, il touche tous les services à la personne, dans les domaines de prédilection que sont la santé, l’administration, et l’éducation. Dans le secteur de l’urbanisme, le numérique s’avère aujourd’hui indispensable au maire bâtisseur, soucieux de connecter les bâtiments publics, via des smartgrids, pour économiser l’énergie.

Enjeux à venir – « Le chantier qui est devant nous dépasse les compétences communes, tant les enjeux liés à l’open data, aux données géographiques sont importants. » De fait, les aspects de géolocalisation, qui viennent enrichir les données relatives aux réseaux et à la voirie, par exemple, ainsi que l’application prochaine de la directive Inspire (2), soumettent les élus à de nouvelles contraintes.
« Le 31 décembre, il va falloir publier les métadonnées d’urbanisme » prévient Pascale Luciani-Boyer. D’où l’inquiétude des élus, « pour lesquels l’expérimentation de géoportail s’est transformée en obligation forte ».

Face à ces bouleversements, le groupe de travail TIC de l’AMF recommande de réorganiser en interne les services. « En mars 2014, il faudra que nous posions la question d’avoir une délégation sur le numérique dans nos services », recommande-t-elle. « Il est urgent que tous les élus soient initiés, formés, et qu’ils partagent une culture numérique », a-t-elle conclu, en forme de viatique.

ACCES DE TOUS AU HAUT ET TRES HAUT DEBIT:QUELLES AVANCEES?
Au moment où le plan « France très haut débit » se met en place, comment s’organise le déploiement ? Comment peuvent agir les communes et les communautés ? Pour quels usages ?
Co-animé par Daniel Nouaille , maire d’Aixe-sur-Vienne, président de la communauté de communes du Val de Vienne (87), co-président du groupe de travail Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) de l’AMF et Pascale Luciani-Boyer , adjointe au maire de Saint-Maur-des-Fossés (94), membre du groupe de travail TIC de l’AMF
Avec
Nicolas Bonneau , maire de La Chapelle-Saint-Mesmin (45), vice-président de la communauté d’agglomération Orléans Val de Loire, Gérard Liot , maire d’Aussac-Vadalle (16), Yves Rome , sénateur, président du conseil général de l’Oise (60), Jean-François Bureau , directeur des affaires institutionnelles d’Eutelsat, Antoine Darodes , directeur de la Mission Très haut débit, Jean-Pierre Quignaux , chargé de la mission « Usages et services numériques, innovation et  aménagement numérique du territoire » à l’ADF, Pierre Yves Lavallade , directeur général adjoint de la Fédération
française des Télécoms, un représentant de l’ARF

 

 

 

 

, , ,

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire