Avec E Macron un moment historique de la vie politique pour les femmes

Reportage auprès des femmes d’En Marche, dans les starting blocks des législatives

Pascale Luciani, 20 ans de carrière politique, témoigne

Pascale Luciani a un CV impressionnant. En plus d’avoir réussi de brillantes études, elle cumule un engagement politique de long terme avec des créations d’entreprises. Ah, et elle est aussi mère de famille. Entre carrière et famille, elle a tout choisi.

Lorsqu’elle prend la parole pour partager son expérience, je m’attends à de grands discours façon « Yes We Can ». Mais c’est une liste de points très pragmatiques que livre l’élue locale, presque des détails auxquels je n’aurais pas pensé spontanément… Mais qui se trouvent effectivement être de potentiels freins à l’engagement plus courant des femmes en politique :

« Ce que je veux vous faire toucher du doigt, c’est peut-être des petites choses du quotidien, que vous allez vivre en tant que candidate, sur le terrain.[…]

La première fois que j’étais candidate seule, sans être « colistière de », il a fallu gérer, arbitrer, fédérer toute seule ! Parce qu’une candidature aux législatives, c’est vous. C’est votre tête qui est en gros, partout. C’est plus celle du candidat !

Il faut quand même intégrer le fait que si vous êtes candidate, c’est votre bobine qui sera sur l’affiche ! Et il va falloir gérer ce retour d’image.[…]

Première chose qui m’a frappée, c’est qu’à un moment donné, je ME vois partout. Ça ne nous arrive pas, en général ![…]

J’ai appris à gérer le fait de me voir tout le temps, et c’est pas si facile. Peut-être que pour certains messieurs, c’est glorifiant, mais moi, j’étais très mal à l’aise de me voir partout.

Le deuxième point, c’est que cette partie d’image, il n’y a pas que vous qui allez la voir. Lorsque vous avez des enfants, vos enfants vous voient. Ça veut dire que les camarades de vos enfants, leurs parents aussi vous voient.[…]

Et donc il faut gérer aussi du point de vue de la famille, des enfants, donner des mots aux enfants pour qu’ils puissent se dégager de ce que vous êtes en train de vivre vous.

Dès l’école primaire, il faut dire : il n’y a pas de politique à l’école. Tu n’es pas obligée de défendre maman ou de parler pour maman. Maman est assez grande pour le faire elle-même.

Tout cela s’apprend, et il va aussi falloir coacher votre famille, parce qu’eux aussi, il faut leur mettre dans la bouche des mots qui sont protecteurs pour eux.[…] »

Reportage auprès des femmes d’En Marche, dans les starting blocks des législatives

Pascale Luciani développe ensuite les techniques qu’elle a développées pour accroître sa notoriété : adopter un code vestimentaire, pour pouvoir être repérée facilement, et surtout parce qu’elle a très vite noté que les hommes politiques ont un dress code naturel, le costume cravate.

On arrive alors au coeur du sujet : être une femme, engagée en politique, c’est un avantage ou un inconvénient ? Est-ce que le regard des autres, ou nos propres représentations, nos propres comportements qui nous différencient des « hommes » politiques ?

« En 2012, c’était pas normal d’être une femme. Moi, ce que j’ai senti d’office, c’était : est-ce qu’elle est bien à sa place ? »

 

Chassez votre syndrome de l’imposteur, il revient au galop

L’élue raconte ensuite une anecdote très révélatrice du syndrome de l’imposteur. Ce n’était pas sa première campagne électorale, loin de là. Mais pourtant, ce jour-là, elle est restée muette. D’ailleurs, elle-même en faisant ce récit, enjoint l’assistance de ne surtout pas reproduire son propre comportement :

« J’étais en fin de campagne, je déroulais mes argumentaires, et un jour, une personne (une femme) vient me dire :

« mais je vous fais confiance, vous êtes une femme très bien, d’ailleurs on voit ce que vous avez fait dans la ville, c’est vrai. Mais vous savez, dans la période dans laquelle on vit, il faut VRAIMENT être très bon en économie. Vous voyez, là, il y a un candidat, il a été à Bercy ! » [Bercy est le lieu où se trouve le ministère de l’économie]

Je la regarde, je dis : et alors ?

« Eh ben, il est quand même bon en économie ! »

Alors, pour l’anecdote, la personne en question est chargée de mission en communication à Bercy, dans un ministère qui se trouve être à Bercy. Donc ça a suffi pour dire, pour faire penser à cette personne qu’il était très bon en économie.

« Moi, je suis dans le monde économique. Je ne l’ai pas dit. »

Et moi, ce jour-là, et je vous invite à NE PAS refaire ce que j’ai fait…

Ce jour-là, j’ai même pas osé répondre que moi, j’étais docteure en Sciences, moi j’avais fait une grande école de commerce, moi j’ai des entreprises…

Moi, je suis dans le monde économique.

Je l’ai pas dit. Tellement ça a été une claque, une violence, qu’on puisse m’opposer une compétence que je savais être inexistante en la matière chez ce concurrent électoral. »

2017, l’occasion rêvée ?

Pascale Luciani conclut son témoignage par un encouragement adressé à toutes les femmes de l’assistance :

« Je ne serai pas candidate sur ces élections-là, pour des raisons personnelles et professionnelles, mais ce que j’avais vraiment envie de vous dire, c’est de raconter une partie de ce vécu, mais surtout vous dire que vous avez aujourd’hui une chance, c’est un moment d’histoire incroyable.

Ça fait vingt ans que je fais de la politique, je n’ai jamais entendu porter à un si haut niveau, par un candidat à la présidence de la République, une telle volonté de mettre les femmes en position de définir la République de demain telle qu’on la conçoit, c’est-à-dire en ayant des députéEs.

Il n’y a jamais eu un discours aussi fort, une prise de conscience qu’il faut qu’il y ait des femmes, et qu’il faut qu’il y ait cette parité, parce que c’est la moitié de l’humanité.

Aujourd’hui, on a une très très grande chance, c’est un rendez-vous avec l’histoire.[…]

On ne peut pas, par respect pour celles qui l’ont fait avant vous, pour vos enfants demain, se dire « c’est pas pour moi ».

C’est pour nous toutes, et je vous engage toutes, véritablement, à oser la candidature aux élections législatives.

Merci ».

Pas encore de commentaire.

Laisser un commentaire